.Saint-Julien-d'Ance

GENERALITES

La famille LANIER (aussi ortographié LAGNIER, voire LAGNIEL) habita la même maison du bourg de Saint-Julien-d’Ance depuis la fin du Moyen Age jusqu’au milieu du XXème siècle. Ce fut une longue lignée, d’abord de maréchaux ferrants, puis de cultivateurs.
André LANIER fut secrétaire de la municipalité de Saint Julien pendant la Révolution avant d’en devenir maire de 1802 à 1816.
Un lot important de documents de la période révolutionnaire a été gardé par André LANIER. Ce sont des extraits d’une petite partie de ces archives privées complétée de documents des archives départementales de la Haute-Loire qui se retrouvent ci-après.

Les documents originaux sont en italique, l’orthographe a été respectée. Le signe « # » est l’abréviation de « livre » (monnaie). La cartonnée est une mesure de surface de 855 mètres carrés (à Saint-Julien).

Population          Fiscalité          Religion et clergé          Administration municipale           Armée  

     

POPULATION

Autrefois de nombreux meuniers, maréchaux ferrants, voire tailleurs d’habits, maçons et hoteliers, mais surtout des laboureurs, exercaient dans le bourg et les nombreux villages (hameaux) de Saint-Julien-d’Ance.
Outre, le bourg, la paroisse de Saint-Julien comprenait les villages d’Ancette, du Rodier, de Bourianne, du Randon, du Roure, de Tauriac, de Peret, du Bouchet-Pilhac, de Voirac, de Laprat, de Giroux, du Fieu, de Pilhac, de Trioleyre, de Vacherolles, du Best, de Vacheresse, de Louspis, de Longefont et d’Uffarces.
En 1789, Saint-Julien compte 108 feux, donc à peu près 108 familles, et envoie deux députés à l’assemblée du Puy, préparatoire des Etats Généraux.
Datant de l’époque révolutionnaire, certains documents dénombrent la population;
 

Nombre de citoyen du village dancette Le Bex 9
Jean Salanon nonbre de 13 thiene 1  Louspis 29
Pierre Odier nonbre de 9 pierre 2 Vacherol 16
Pier Salanon nonbre de 7 Pilliaque 46
Jean Cathaud nonbre de 5 jean 1 Triolaire 100
  Peret 133
Nonbre de St Julien 108 Le Bouchet 66
Uffarge 78 Ancette 34
Longefont 72 Giroux 9
Vacheresse 9  
  Le Roure41
Bouriane 53 La Pras 150
Toriac 12  
  965


 

Tableau de la population de St jullien dance

Votants 199
Nayant droit de voter 716
___
Total général 915

Le 5 de la 1ère décade du mois de l’an 2 de la république une et indivisible, aussi Signé par la municipalité.
 

Parmi ce petit millier d’habitants se trouvent une quinzaine de sœurs de St Joseph enseignant aux jeunes filles l’art de la dentelle.
 

FISCALITE

L’Assemblée Constituante décide de nouveaux impôts. Le 23 novembre 1790, elle institue la « contribution foncière » qui frappe le revenu de la terre. Un montant est fixé par département, celui-ci répercute cet impôt à chaque commune, enfin la répartition est effectuée sur tous les propriétaires en fonction de leurs biens. Les matrices cadastrales sont dressées d’après les déclarations des contribuables.
 

Municipalité de St Julien D’Ance

Section de la prat N° A
   Le 24 du mois d’aoust et l’an 1791 est comparu au greffe de la municipalité Jean Pierre Choulas, laboureur,habitant au lieu de Voirac, Section de La Prat, lequel comparant illitéré, a déclaré devant nous, officiers municipaux et greffiers soussignés, qu’il possède et joui par lui-même les propriétés ci-après sises et situées dans l’enclave de ladite section, savoir :
   1° maison, granges, écuries, basse court, jardin et pré, le tout joignant cont. deux cart. de levant et bise le commun de Voirac, un jardin de Joseph Ollier et pré de Vital Salanon, nuit le chemin allant à Craponne ………..

Mais nous sommes sur le lieu d’une ancienne limite administrative. La rivière Ance divise St Julien entre Forez et Velay
 

   Il est de toute nécessité de demander au district du Puy concernant le comportement des habitants de St Jullien, cotté du cy devant Velay avec ceux du cy devant Foret, pour faire le rolle de l’imposition immobiliaire de 1791, attendu que chaque partie de province avait cy devant un rolle particulier, la partie du Velay ne payait presque point de capitation, et celle du cy devant Foret en payait beaucoup. La partie du cy devant Foret ne voudrait faire qu’un rolle qui fut commun à toute la paroisse, et la partie du cy devant Velay voudrait la faire deux ; on demande aux Citoyens administrateur du directoire du district de décidés la conduite a tenir par les citoyens de la paroisse de St julien d’Ance ……….. Cy devant province, la décision du district sera la règle de la conduite ……...

La nuit du 4 août 1789, tous les privilèges ayant été abolis, il faut également taxer les biens nobles. Les biens nobles soit appartiennent à des nobles, soit, leur ayant appartenu, ont été rachetés par des roturiers.

 Rolle pour les six derniers mois de 1789 concernant les biens ci-devant nobles de la municipalité de St Julien d’Ance, ainsi que les rentes, ensemble l’année 1790 en entier.
première Section pour les fonds ci devant nobles pour les six derniers mois de 1789
Mr Drosanges payera une livre dix, ci ……………………………………………………………………………… 1 # 10 s
Claudine Beissac, une livre, ci …………………………………………………  ………………………………….. 1 #
Benoit Teilleire de Bourrianne, une livre, ci……………………………………………………............…………….. 1 #
La veuve Potis, trois sols, ci ……………………………………………………………………….....…………………. 3 s
Mathieu Best de Trioleire, six sols, ci ………………………………………………………………........……………… 6 s
Mr d’Agrain, quatorze livres, ci ……………………………………………………………………...……………. 14 #
Louis Girard du Rendon, six sols, ci ……………………………………………………………………........…………. 6 s
Pierre Boutin, du Bouchet, dix sols, ci ……………………………………………………………………….........……. 6 s
Jean Varenne, Jacques Varenne
Benoît Platforest et Mathieu Demeure, une livre dix sols, ci ………………………………………………...........….. 1 # 10 s
Benoît Platforest en seul une livre huict sols, ci ……………………………………………………………….......…. 1 #  8 s
M. De Vacherolles, douse livres, ci ……………………………………………………………………………….. 12 #
                                                                                                                                                                                  _______
                                                                                                                                                                                 33 # 13 s
Revenant le présent rolle des six derniers mois de 1789 à la somme de 33 l 13 s
Certifié conforme aux registres de la municipalité de St Julien d’Ance, le 13 8bre 1791
Rodon greffier, seconde section
 

 

RELIGION ET CLERGE

Dans la nuit du 4 août 1789, les ecclésiastiques abandonnent leurs droits et leurs revenus.
Le début de la rupture date de la constitution civile du clergé du 12 juillet 1790; devenus fonctionnaires, évêques et curés doivent prêter le serment civique. Ils sont désormais élus par la totalité du corps électoral, même par les non catholiques. Le pape n’est pas consulté sur les modifications du régime ecclésiastique ni sur l’investiture des évêques élus.
L’obligation du serment va imposer aux prêtres un choix très grave. Selon les régions, le pourcentage des prêtres prêtant le serment varie de 10 à 90 %. Le 27 novembre 1790, le maire est tenu de dénoncer le défaut de prestation de serment dans les 8 jours. Ceux qui n’ont pas juré sont considérés comme ayant renoncé à leur office.

C’est la guerre sourde entre le clergé réfractaire et le clergé constitutionnel pour se rallier les fidèles.
Le curé Rome, ex-vicaire de St Georges Lagricol, avait prêté le serment mais l’avait vite rétracté.

 3° Ledit Sr Rome avait annoncé qu’il irait célébrer sa messe à St Julien d’Ance, mais il a différé son départ jusqu’au moment où notre curé constitutionnel célébrerait la sienne afin de détourner les paroissiens d’y assister, et en effet il a promené au moment de l’entrée sur la place qui est au devant de l’église et a conseillé publiquement aux paroissiens de ne pas y assister, qu’il dirait la sienne de suite après ……….

Le père Rome disait sa messe à St Julien ou à St Georges, chez les sœurs de St Joseph. Pour l’en empêcher, la municipalité de St Georges Lagricol fait sceller la porte de l’église des sœurs de la paroisse.

S’il y a des problèmes de personnel ecclésiastique, il n’est pas encore question de prendre ses aises avec la religion elle-même.

 Ce jourd’huy dixième avril mil sept cent quatre vingt douze ……… les 10 à 11 heure du matin, nous maire et officier municipaux assanblé au lieu de nos séances ……….. Le procureur de la commune est venu nous dénoncé que Vital Gisclon, journallier du lieu et bourg de St Julien d’Ance a été surpris le st jour du vendredi saint dernier pandant les offices divins a travaillé la terre au grand scandale du publique sur le chemin de St Julien au Rodier, que ce procédé pour le bon exemple mérite une punition exemplaire ………. Condamnons ledit Gisclon à la somme de 6 # qui sera à cette effet distribué au pauvres de laditte paroisse par nous maire et officier municipaux.

Le 26 août 1792, L’Assemblée décrète que les ecclésiastiques qui, assujettis au serment, ne l’ont pas prêté, doivent sortir du royaume dans les 15 jours, sous peine de déportation en Guyane. Le 21 avril 1793, François Mourier,ex vicaire de Beaune est arrêté par 16 gardes nationaux de St Julien, dirigé par leur capitaine, Jacques Bernard, au lieu de Solerol, paroisse de St Georges Lagricol.

…….. Qu’après avoir trouvé ledit prêtre dans la maison de ladite veuve Beissac et après luy avoir fait les ……. Y endurée, nous sommes saisi de sa personne et nous nous sommes transportés au lieu de St Julien d’Ance et dans la maison commune, et là, après avoir reçu les ordres de parolle verballe de la municipalité assemblée, avons traduit le sieur prêtre en la ville de Craponne croyants de le transférer en cette ville du Puy, mais à peyne …….. nous arriver à la chapelle St Anne que voulant nous assurer de plus en plus de la personne dudit prêtre, sur tous on aproche de la ville du Pui, Jacque Bernard, capitaine de la garde national, qui tenez de prez ledit prêtre, et qui cherchant des espèces de cordage dans ses poches avec ses deux mains, ledit prêtre profitat de ce moments imprévu pour écartez de toute ses force toute la troupe qui l’environnait et trouva le secret à la faveur de l’obscurités de se faire un passage pour échaper à la troupe, de manière que dirigeant ses pas dans des vallons scabreux, non loins de la chapelle St Anne et à la droite en dessendant du cotés de la rivière de Borne, il si presipitas à tous jambe et disparut aux yeux de toute sa troupe qui ne secca de le poursuivre tout temps à coups de fusils, et que l’on crois même qu’il doit avoir été atteint et rester sur le carôt, sans avoir cependant pû en reconnaître les trace, malgré plusieurs recherche et perquisition que nous en avons faits, après lesquels nous nous sommes vu dans la nessecités de nous retirer au lieux de Pollinac, où nous avons coucher dans une auberge proche de l’église et le lendemain qui est ce jourd’huy, nous nous somme rendu en cette ville du Puy du sieur ……. Où nous avons dressé le présent procès-verbal pour c’être présentés au département de la Haute Loire.
Bernard, cpt. de la garde nationale
Besse Salanon

En mars 1794, en Haute-Loire est ordonnée la destruction des clochers des églises, pour l’occasion apparaître le nom révolutionnaire de la commune : « Mondance »

La démolition du clocher a été adjugée le jour de décade, le jour de prairial, en public et au rabais aux cy-après dénommés, sçavoir à Pierre Reuse, maître maçon de Mondance, à Claude Gayte du Bouchet Pilliac, à Claude Brignon de Mondance, qui se seont obligés de faire tomber la flèche dudit clocher et de faire toutes les réparations à faire après ladite démolition au prix net somme de cent neuf livres ……...

 

ADMINISTRATION MUNICIPALE

La loi du 14 décembre 1789 organise l’administration municipale. Les citoyens actifs de chaque commune élisent pour 2 ans le Conseil Général de la commune, formé de notables et du corps municipal. Celui-ci comprend les officiers municipaux, le maire est à la fois le représentant de sa commune auprès du pouvoir central et le représentant du pouvoir central dans sa commune.
Le premier maire est Antoine Foucherand.

…… ayant réuni les sufrages nécessaires, a été proclamé maire, lequel, ainsi que tous ceux qui viennent d’être nommé, ont prété le serment devant nous , président, d’être soumis à la nation et à la loi et au roi, et de s’acquitter avec fidélité de leurs fonctions, lesquels ont signé avec nous, savoir Foucherand, Dance, Salanon, Foucherand, Goute, Brun, Best, soussigné, les autres partis ont déclaré ne savoir signé ……….

Le 16 septembre 1791, la justice criminelle est réformée. Au niveau de chaque commune est créé un tribunal de simple police devant lequel sont jugées les infractions municipales dont les sanctions sont prévues par le code pénal adopté le 25 septembre 1791.

Le procureur de la commune de la municipalité de St Julien d’Ance, instuit que sa charge luy impose les devoirs de veiller à l’exécution de tous les décrets de l’assemblée nationale et qu’il importe surtout que dans la circonstance présante la police municipal soit exercée, requiert qu’il soit …….. que la municipalité procède à la formation du tribunal de la police municipale, par le choix de trois d’antre les officiers municipaux et que tous les citoyens composans la communauté de St Julien d’Ance serons tenu de se conformer à tous les articles de la loi du 22 juillet 1791, sous les peines portés par cette.
Fait le 20 janvier 1792.
Bufferne

Puis la Révolution suit son cours, vient la terreur suivit du 10 thermidor (exécution de Robespierre). En avril 1795, après les évènements politiques des deux dernières années, il est temps de procéder au renouvellement de la municipalité.

Nous, Pierre Claude Giraud et Mattieu Joseph Porrat Delolme, commissaires nommés par le directoire du district suivant son arrêté du six courant à l’effet de connaître les vœux des habitants des différentes communes du canton sur le renouvellement de leur municipalités respectives.
Aujourd’hui, vingt trois germinal an troisième de la république française une et indivisible, entour les sept heures du matin, nous nous sommes transportés dans la commune de St Jullien d’Ance, où nous avons trouvé la majeure partie des citoyens qui composent cette commune rassemblés, vu l’avis que nous leur avions donné de l’objet de notre mission ; nous nous sommes rendu dans la cy devant église dudit lieu de St Jullien, après avoir fait part de nos pouvoirs et cherché à faire connaître tous les avantages de la révolution du neuf thermidor, nous avons consulté le peuple sur l’opinion qu’il avait de ses magistrats, et il résulte des renseignements que nous avons pris que l’on a demandé à la grande majorité le remplacement du maire, officiers municipaux et plusieurs notables.
L’on a désigné pour maire :
André Mosnier de La Prat.
Pour officiers municipaux :
Jean Best de Louspis, Michel Triouleyre du Bouchet Pilhac, Jean Thioleyre d’Uffarges, Claude Foucheyrand de Pilhac a été continué, Jean Giry de Longefont.
Agent national :
Jean Ollier d’Uffarges
………….. que l’on voulait continuer Antoine Petit pour agent national, mais sa parenté avec des officiers municipaux et sa grande difficulté à écrire ont déterminé à présenter ledit Jean Ollier.
Secrétaire greffier :
Antoine Foucheyrant de La Prat
Monsieur André Laniel, secrétaire actuel de la municipalité avait pour être continué une très grande partie de la commune, et nous observons que leditFoucheyrand, lors de l’enlèvement du grain qui se fit au lieu du Best appartenant à l’émigré Pradier était un des c(h)ef, d’après les renseignements que nous avons pris. En conséquence, nous opinerions pour la continuation de André Laniel de St Julien.
……………….



ARMEE

A la fin de l’Ancien Régime, l’armée était constituée de volontaires

Je soussigné, Bernard, capitaine de la garde nationalle de St Julien d’Ance, que ………. Allibert et engagé de sa propre volontée pour servir la nastion sous les ordres du roy, chef supreme de l’armée, en qualité de volontaire pendant l’espace de trois ans afin de recevoir son congé à l’expiration de ce terme. Fait et engagé ce 28 may 1792, devant nous officier municipeaut de St Julien d’Ance, ayant fait la marque ne sachant signée.

Le 22 juillet 1792, la Patrie est proclamée en danger. Alors que la Commune de Paris réquisitionne les armes, à St Julien, on se contente de les recenser.
 

Aujourd’hui, le 26 du mois d’août mil sept cent quatre vingt douze, l’an 4ème de la liberté, a comparu au greffe de la municipalité de St Julien d’Ance, pardevant nous maire et greffier de laditte municipalité, Vital Mosnier de Giroux pour faire la déclaration des armes conformément à l’article 4 de la loy du 4 et 5 juillet dernier, il a déclaré qu’il possède un fusil double de chasse garnis d’une bayonette, une allebarde et un autre fusils appartenant à son fraire.
Ce pourquoi, il signe avec nous, l’an et jour que dessus.

La France est en guerre avec l’Europe entière, aussi il faut des soldats.
Circulaire envoyée aux maires de St Jean d’Aubrigoux, de St Georges Lagricol, de St Julien d’Ance, de Chomelix et de Beaune :
 

Craponne, le 4ème ventose, an II
Cytoyens collègues, vous rassemblerés tous les jeunes gens de votre commune depuis 25 ans jusqu’à 40 ans, non mariés, veuf sans enfants depuis le …….. Ceux qui ne sont mariés que depuis la loy qui nous demandent des cavaliers, vous les accompagnerez demain 5ème de ce mois dans le chef lieu de canton pour former le contingent qui nous est demandé, faites publier que ceux qui manqueront seront regardés comme fuyards, suspecs et émigrés après le délay, que les parents en répondront.

Le 24 février 1793, la Convention ordonne une levée de 300 000 hommes à répartir par département

Aujourd’huy vingtième jour du mois de mars mil sept cent quatre vingt treize, l’an deux de la République française, les citoyens cy-après dénommés, maire officiers municipaux, procureur de la commune et notable composant le Conseil général de la commune de St Julien d’Ance, ont été convoqués dans l’église aux fins de fournir les seize hommes devant constituer le contingent de cette commune

Comme dans toutes les guerres, certains soldats désertent

Nous, maire et officier municipaux de la commune de St Julien d’Ance, avons lonneur de vous dire et nous présenter au citoyent commissaire de guerre qu’il y a un citoyent soldat de notre municipalité qu’il c’est évader, nous le sume que hier au soir, nous avons fait des recherches pour le trouver, mais nous n’avons pas eu des nouvelles. La municipalité ne croi pas d’être dan le cas de le respondre, le citoyent avons lonneur de vous demender votre avis.
Fait ce vinte unième may 1793, l’an 2 de la république
Salanon, maire

Il faut aussi des chevaux pour les cavaliers.

St Jullien
Craponne 10 frimaire l’an 2 de la République française une et indivisible
Collègues
Le citoyen Boudignon, commissaire nommé pour la levée des chevaux de cavalerie sera ici demain pour faire son choix.
En conséquence, nous vous invitons de faire conduite à Craponne demain dimanche des chevaux et jumens de votre commune afin de ne pas encourir les peines portées par l’arrété du 3 présent…..
Salut et fraternité et Vive la Montagne

Haut de page